Accueil » Nos projets > Biodiversité et agriculture > Pratiques agricoles > Colza associé : Vitrine en Entre-Sambre-et-Meuse
  • A
  • A+
Version imprimable

Nos villages

Carte

Newsletter

 » 

réseaux sociaux

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ou suivez notre fil d'actualité RSS !

Facebook Twitter Flux RSS
Colza associé : Vitrine en Entre-Sambre-et-Meuse

Colza associé : Vitrine en Entre-Sambre-et-Meuse

Le GAL entre Sambre et Meuse en partenariat avec Greenotec et PROTECT’Eau ont la volonté de promouvoir la technique du « colza associé » en mettant à disposition des agriculteurs, des semences de plantes compagnes et un conseil personnalisé, avec le soutien financier du SPW agriculture.

Le colza associé, une des pratiques de l’agriculture de conservation économique et environnementale !

Planning d’actions :

Des analyses standards ont été réalisées en juillet 2019 pour conseiller au mieux les agriculteurs.

1. Semis en août 2019

Le semis s’effectue avant le mois de septembre pour avoir une biomasse importante des légumineuses.
En fonction du type de semoirs et de graines, différents itinéraires peuvent être suivis, voici ceux conseillés :

  • Semoir à céréales : les avantages sont de favoriser les interactions entre les espèces et le développement adéquat de biomasse. On peut semer en un passage le mélange trèfle d’Alexandrie-Lentille (16 kg/ha) et le colza (2 à 2.2 kg/ha). Il doit être semer entre 1.5 et 3 cm de profondeur (sauf si le temps est sec alors il faut semer plus profond).
  • Pour la féverole (grosse graine), si vous avez des cannelures suffisamment grandes sur votre semoir à céréales, vous pouvez rajouter au mélange trèfle d’Alexandrie-Lentille et colza, la féverole (80kg/ha). Colza associé : Vitrine en Entre-Sambre-et-Meuse Ou sinon effectuer votre semis en deux passages. Semer la féverole au semoir centrifuge (à la volée) ou semoir à céréales. Les graines seront enfouies au moment de l’implantation du colza et du mélange lentille-trèfle d’Alexandrie lors du second passage.

Une zone témoin composée de colza pur est mise en place afin de comparer avec le colza associé (mesure de rendement, attaques d’altises, biomasse...).

2. Désherbage

Il est adapté en fonction des parcelles, le but étant de tester avec des doses plus faibles voir de ne pas du tout mettre d’herbicides. Par contre l’association a peu d’impact sur des graminées, c’est pourquoi le programme anti-graminée reste inchangé à la culture classique.

3. Mesures

  • 1. Comptage des piqures de petites altises

Pour voir si l’association a des impacts positifs par rapport aux attaques des ravageurs (petites altises et grosses altises), nous allons effectuer des comptages entre le témoin et l’essai en colza associé.

  • 2. Biomasse

La biomasse des couverts impacte le développement des adventices, les attaques des insectes ravageurs, la quantité d’azote disponible et bien d’autres paramètres. La présence de plantes associées (avec une biomasse suffisamment développée) pousse également le colza à développer son système racinaire plutôt que la partie aérienne à cause de concurrence pour les ressources (en théorie).
Une biomasse de couvert important permettrait donc d’augmenter considérablement la biomasse totale même si la biomasse du colza est diminuée.

  • 3. Test de Berlèse

Ce test est effectué pour savoir si des grosses altises sont venues pondre des larves dans le colza, dévorant le cœur de la tige du colza. Le mode opératoire consiste, tout d’abord, à prélever quatre fois cinq colzas consécutifs par modalité. Les prélèvements se déroulent vers la fin février. Les colzas ont alors été nettoyés à l’eau claire et le pivot ainsi que les limbes non-attaqués ont été retirés. De l’eau savonneuse a été ajoutée au fond de plusieurs seaux et un grillage a été positionné dans ce dernier, au-dessus de l’eau, soutenu par un gobelet. Chaque prélèvement de cinq colzas a été déposé sur le grillage afin qu’ils sèchent et que les larves sortent et tombent dans l’eau.
Comment faire un Berlèse ?

JPEG - 625.1 ko

12.12.2019 : Journée d’échanges et visite de terrain des essais Colza et couverts associés

18 participants ont comparé les résultats d’attaques d’altises sur leur Colza mais aussi la biomasse de chacune des plantes . Les discussions ont pu se continuer sur le terrain pour voir les différences.

PDF - 10.7 Mo
Présentation de la journée

Sélection des candidats :

Suite à un appel à candidatures lancé en février 2019, 9 agriculteurs ont été sélectionnés :

Exploitation Localité superficie de l’essai Choix des plantes compagnes
Deprée Hugo Saint Gérard (Mettet) 3 hectares Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Desmet Jean-Marie Fromiée (Gerpinnes) 2 hectares Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Devuyst Jean François Florennes 1 hectare 63 Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Doneux Pierre Bossière (Mettet) 3 hectares Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Feyers Jean-Luc Lausprelle (Gerpinnes) 2 hectares 13 Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Gillet Christine Fraire (Walcourt) 5 hectares Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha)
Noël Marc Fromiée (Gerpinnes) 4 hectares Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + trèfle blanc nain (4 kg/ha)
Soumoy Jean-Michel Chaumont (Florennes) 2 hectares 65 Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha)
Van Wilder Bruno Clermont (Walcourt) 1 hectare Trèfle d’Alexandrie (6 kg/ha) + lentille (10 kg/ha) + féverole (80 kg/ha) + trèfle blanc nain (4 kg/ha)
Le colza associé, une des pratiques de l’agriculture de conservation économique et environnementale !

Localisation des essais :