Accueil » Conseils & astuces > Paysages & Biodiversité > Comprendre et agir > Etat de la biodiversité en Wallonie
  • A
  • A+
Version imprimable

Nos villages

Carte

Newsletter

 » 

réseaux sociaux

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ou suivez notre fil d'actualité RSS !

Facebook Twitter Flux RSS
Etat de la biodiversité en Wallonie

Etat de la biodiversité en Wallonie

Qu’est-ce que la biodiversité ? Pourquoi s’y intéresser ?

La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s’apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l’espace et dans le temps, ainsi que l’organisation et la répartition des écosystèmes aux échelles biogéographiques.

Elle inclut :

  • La variabilité génétique, à l’intérieur des espèces (les variétés ou les populations = la diversité intra spécifique),
  • la variabilité spécifique entre les espèces (les espèces différentes, qui en principe ne se reproduisent pas entre elles = la diversité interspécifique),
  • la variabilité des interactions entre espèces et des assemblages d’espèces (les différents écosystèmes = la diversité écosystémique).

L’état de la biodiversité en Wallonie est de plus en plus inquiétant. Les bilans réalisés récemment sur différents groupes biologiques montrent que plus de 40% des espèces sont menacées dont 25% sont en danger critique ou éteintes (Rapport sur l’Etat de l’Environnement wallon 2006). Depuis les bilans précédents, la situation ne s’est pas améliorée, bien au contraire, même si certaines espèces particulières ont bénéficié de l’arrêt de leur destruction grâce à de meilleures pratiques (fin de l’utilisation de pesticides à base d’organochlorés pour les rapaces, vieillissement des forêts feuillues pour la cigogne noire, disparition des taillis au profit de forêts plus âgées pour certaines espèces de pics). Ces quelques améliorations particulières ne compensent pas l’érosion globale de la biodiversité en Wallonie.

Les principales causes de cette évolution sont bien connues :

  • la destruction continue des habitats naturels et semi-naturels qui conduit à leur isolement et à leur fragmentation, avec en particulier l’intensification agricole et l’eutrophisation qui lui est liée,
  • la densité des activités humaines,
  • l’urbanisation croissante
  • et le peu d’espace disponible pour la nature. (Extrait DEMNA)

En Wallonie, moins d’1 % de la surface (11.000 ha) de la Wallonie bénéficie de protection efficace à travers des statuts de protection définis par la loi de la conservation de la nature :

  • la réserve naturelle domaniale (RND) qui concerne les terrains propriétés de la Région wallonne ou les terrains communaux mis à la disposition de la Région dans ce but ;
  • la réserve naturelle agréée (RNA) qui est gérée par une personne physique ou morale autre que la Région wallonne et qui est reconnue à ce titre ;
  • la réserve forestière (RF) qui est une forêt de sauvegarder des faciès caractéristiques ou remarquables des peuplements d’essences indigènes et d’y assurer l’intégrité du sol et du milieu ;
  • la zone humide d’intérêt biologique (ZHIB) dont la valeur écologique et scientifique est reconnue ;
  • la cavité souterraine d’intérêt scientifique (CSIS) dont la valeur écologique, géologique, historique et scientifique est reconnue.

En dehors des statuts, il n’y a en principe pas d’autres statuts de protection officiels. Des sites bénéficient d’une appelation "réserve naturelle privée" parce que leurs propriétaires souhaitent les protéger mais ce n’est pas un statut officiel. A ceux-ci, on peut ajouter les sites Natura 2000 représentant 220.944 hectares mais dont la vocation n’est pas exclusivement la conservation de la nature.

En savoir plus :